Sur mon site préféré (cf. le post précédent), on va trouver la vieille rengaine facile sur l’homéopathie. Ah, l’homéopathie… Cette médecine est une bénédiction pour les querelleurs, ils ont ainsi toujours quelqu’un sur qui taper. Les autorités médicales ne devraient pas se battre autant pour la marginaliser (héhéhé). Oui, la rengaine : QUOI ? Mais comment ? Ca NE peut PAS fonctionner ! Il n’y a plus de molécules passé 13CH. Euuuh, certes, et donc ? C’est évident, on est arrivé au siècle où on a tout expliqué. Par conséquent, si on ne comprend pas, ça n’existe pas.

Je fais une pause ici pour signaler que je ne défends pas l’homéopathie, je me permets juste de dire à quel point un argument de ce type est fumeux. Ce n’est pas parce qu’on ne savait pas expliquer le phénomène des aimants que ça n’existait pas pour autant, alors pitié, il faut arrêter ces arguments à deux deniers. L’autre, bien que plus subtil tendrait à s’appuyer sur des études méthodologiquement impeccables qui montreraient la non-efficacité de l’homéopathie. Mouais, comme celle du Lancet, qui s’est appuyé sur des études qui ne respectent pas un principe de base de l’homéopathie : le remède doit coller aux symptômes. On ne dispose pas de médicaments pour tel type de maladie, on raisonne sur la symptomatique et le terrain de la personne. Ainsi, pour deux personnes ayant une bronchite, ce ne sera le même remède que par chance. Donc nécessairement, des essais testant un remède homéopathique unique sur tout le monde contre placebo ne peut fonctionner. Ainsi, méthodologie sans doute parfaite, mais pourquoi faire si les bases de cette médecine ne sont pas respecter ? Il faut arrêter de penser qu’il n’y a qu’une manière de voir les choses qui est la pharmacologie allopathique. Les postulats de base changent, d’autant plus que, si effet de l’homéopathie il y a (personnellement, je n’en sais rien, mais ce n’est pas la question ici, il s’agit de rigueur intellectuelle), on ne sait pas l’expliquer. La pharmacologie actuelle s’appuie sur le principe de ligand/récepteur et sur le « tout le monde fonctionne pareil ». L’homéopathie met l’accent sur l’unicité de chacun et il semble que le paradigme du ligand récepteur soit difficilement applicable en l’état actuel des connaissances puisqu’à partir du 13CH, il n’y a plus de molécules actives (mais pas forcément une absence d’activité, attention).

Tous les arguments contre l'homéopathie que j'ai pu lire n'ont jamais pu me convaincre. Il n'y a aucun élément pour non plus, si ce n'est que ça permet à de nombreuses personnes de se soigner pas cher. Effet placebo ou authentique effet, la question reste ouverte, mais au final, l'important est que cela soigne les gens. Il existe, pour ceux qui s'y intéresse, un recueil : Scientific Framework of Homeopathy disponible sur le site de LMHI dans la partie publications. Je n'ai pas encore eu le temps de le lire, mais il me semble intéressant.