Il existe une herbe particulièrement intéressante dans la médecine chinoise, l'éphedra ou Ma Huang en chinois. En effet, cette herbe contient de l'éphédrine et de la pseudo-éphédrine entre autre. La pseudo-éphédrine est amplement utilisée dans tous les médicaments anti-rhume comme décongestionnant nasal. L'éphédrine, elle, bien plus intéressante, est un adrénergique puissant qui agit donc sur la vasoconstriction, la bronchoconstriction et le rythme cardiaque. De plus, l'éphédra est un stimulant cérébral ainsi que du métabolisme basal. Comme tout médicament puissant, il a des effets secondaires non négligeables pouvant aller de l'hypertension à l'arrêt cardiaque en cas de surdosage. 

Une indication évidente est l'asthme et les différents rhumes, telle que la plante est utilisée dans la médecine traditionnelle chinoise. Et ceci fonctionne bien, évidemment, ce qui fait d'ailleurs de l'éphédra un des remèdes de phytothérapie les plus intéressant pour l'asthme, et il serait intéressant d'examiner une formulation chinoise adaptée à cette pathologie, formulation qui devrait diminuer les effets secondaires et potentialiser les effets bénéfiques, tel que c'est la règle en MTC.

Cependant, les occidentaux ont utilisés cette plante comme brule-graisse, certes très efficace. Alors sont apparus les abus et donc le cocktail d'effets indésirables. Alors, que fait la France ? Que fais la France ? Elle interdit la vente et la consommation d'éphedra, mais pas seulement en vente libre ! Egalement sur prescription médicale et en utilisation hospitalière. Pourquoi ? Il y a deux raisons, ce sont les suivantes : c'est un produit dopant et il y a eu des accidents. Je réponds : et alors ? il suffit de l'interdire à la vente libre et d'autoriser la prescription médicale. L'argumentaire des legislateurs ne tient pas la route, ou alors arrêtons de suite la délivrance de produit codéiné (on pourrait en faire de la morphine) ou même de la morphine. Sans entrer dans la théorie du complot, je ne vois là que la solution de facilité ou un lobby (pharmaceutique par exemple) visant à diminuer la phytothérapie car ne lui rapportant rien. C'est absolument regrettable que la possibilité de prescription d'une telle plante soit retirée aux phytothérapeutes. Je dirai même que c'est un scandale. L'exemple n'est pas isolé. Il suffirait de n'autoriser à la vente libre que certaines plantes, et de réserver les plantes à risque à la prescription médicale, si l'on veut ôter aux gens toute responsabilité de leurs actes. Mais pas interdire strictement. Bref, ridicule et énervant. Arrêtons-nous là, il n'y a plus rien à dire, juste à être répugné.

ma_huang